La Franc-Maçonnerie a sa boutique

MARIE BONNEVIAL. COMMUNARDE ET SYNDICALISTE – DOMINIQUE SEGALEN

17,00

Institutrice très active lors des évènements de la Commune en 1871, Marie Bonnevial est révoquée de l’Instruction publique pour refus d’enseigner les matières religieuses. On lui doit la création du tout premier syndicat de l’Enseignement. Elle s’exile en Turquie pendant le gouvernement de l’Ordre moral et, dès son retour, s’installe à Paris. Condamnée en correctionnelle pour avoir participé avec Jules Guesde à l’organisation d’un Congrès ouvrier international, elle milite aux côtés de Jean Jaurès et contribue à la formation de plusieurs syndicats féminins.
Elle est la première femme élue à la Bourse du Travail. Publiciste au journal La Fronde, elle s’implique dans l’organisation du mouvement socialiste, mutualiste et coopératif, participe à la fondation du Conseil national des femmes françaises où elle préside la Section du Suffrage et dirige la Ligue pour le droit des femmes à la suite de Maria Pognon. Initiée en 1894 et assumant de hautes responsabilités, elle deviendra le second Grand Maître de l’Ordre après Marie Georges Martin.

Disponible sur commande

UGS : 9782916094724 Catégories : ,

Informations complémentaires

Poids 300 g
Critique par Jiri Pragman

Après Marie Béquet de Vienne et Maria Pognon, c'est Marie Bonnevial, autre grande figure du Droit Humain, qui a été traitée par Dominique Segalen. Celle-ci s'est de nouveau plongée dans les archives de la presse et de l'Obédience pour tracer cette fois le portrait de cette institutrice qui défendait un enseignement gratuit, obligatoire et laïque avant de s'investir dans le syndicalisme, de défendre la cause des femmes (notamment en termes salariaux ou de leur permettre l'accès à certaines professions ou fonctions qui leur étaient interdites). Celle qui vouait un culte à Jaurès allait aussi rejoindre la Section Française de l'Internationale Ouvrière.

La partie consacrée à son engagement maçonnique est plus réduite. On peut y lire son testament philosophique (ceux-ci étaient conservés à l'époque) et suivre son parcours. Si elle ne figurait pas parmi les toutes premières femmes initiées par Maria Deraismes en 1893, son trajet n'en fut pas moins exceptionnel. et l'a menée à la succession de Marie Georges Martin à la présidence du Suprême Conseil Universel Mixte du Droit Humain le 7 novembre 2014.

Les lecteurs belges remarqueront la venue de Marie Bonnieval à Bruxelles pour l'inauguration de la Maison du Peuple de Victor Horta et noteront son amitié avec Isabelle Gatti de Gamond.

Auteur

Segalen Dominique

Date de parution

22/05/2018

Editeur

DETRAD

Nombre de pages

266

Conseillé par

Jiri Pragman

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “MARIE BONNEVIAL. COMMUNARDE ET SYNDICALISTE – DOMINIQUE SEGALEN”